Connect with us

culture

Un nouveau jeu mortel prend la relève de la baleine bleue

Publié

le

Après le jeu la baleine bleue et la large vague de suicides à travers le monde, c’est au tour de Fortnite de prendre le relais pour transformer ses adeptes en zombies sans ambition ni  volonté.

Le journal britannique « The Mirror »  fait remarquer que l’adolescent Carl Thompson, âgé de 17 ans a fait une tentative de suicide après son addiction au jeu  « Fort Knight » disponible sur les téléphones intelligents. Le journal a précisé que seulement quelques mois après le début du jeu, il a tenté de se suicider en sautant de la fenêtre de sa chambre au troisième étage. Son père l’a vu, par hasard, alors qu’il était sur le point de sauter, et l’avait attiré à l’intérieur.

Le journal a ajouté que ce jeu, où 100 joueurs sont en compétition pour survivre sur une île, a atteint des millions de jeunes joueurs, et des stars comme le célèbre joueur de football français Antoine Griezmann.

Pour sa part, le psychologue Linda Papadopoulos a commenté la gravité de ce jeu, en disant:

« Beaucoup de jeux sont conçus pour être une source de dépendance  », en insistant sur la nécessité pour les parents de surveiller ce que leurs enfants pratiquent sur les téléphones et les séquelles physiques qui en découlent comme un mal de tête, une douleur au cou ou de la rougeur aux yeux.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Célébrités

Stan Lee, créateur de Marvel Comics, est mort à 95 ans

Publié

le

Stan Lee, le patriarche coloré de Marvel Comics qui a contribué à l’ouverture d’une nouvelle ère de récits de super-héros – et a vu ses créations devenir une influence géante dans le secteur du cinéma – est décédé. Il avait 95 ans.
Kirk Schneck, avocat de la fille de Lee, a déclaré à CNN que le géant de la bande dessinée avait été emmené en ambulance de son domicile de Los Angeles lundi matin au centre médical Cedar’s Sinai, où il est décédé plus tard. La cause du décès n’est pas encore connue, selon Schneck.
Lee a commencé sa carrière chez Timely Comics en 1939. Au fil des ans, il a été écrivain, éditeur et illustrateur occasionnel. Mais, ennuyé par la sortie, il s’apprêtait à quitter l’entreprise lorsque l’histoire prit un tournant soudain.
Pendant de nombreuses années, l’activité avait été dominée par DC (alors national) Comics, créateurs de Superman, Batman, Wonder Woman et de la Green Lantern.
À la fin des années 50, DC a commencé à réinventer ses héros – en lançant ce que les historiens de la bande dessinée appellent «l’âge d’argent» de l’entreprise – mais ces chiffres étaient toujours, pour la plupart, d’un autre monde et à deux dimensions, vivant dans des lieux maquillés comme Metropolis et Gotham City.

Continuer la lecture

culture

Polynésie française-Maïao, « l’île interdite »

Publié

le

Par

Il est interdit « aux Français, aux protégés ou sujets français et aux étrangers de séjourner dans l’île de Maiao pendant plus de 48 heures consécutives, s’ils n’en sont pas originaires ».

Plantée dans l’océan Pacifique à 62 nautiques sur l’ouest de Tahiti, Maiao est rattachée administrativement à la commune de Moorea, située à quatre heures de mer. L’île compte 353 habitants en 2017, essentiellement rassemblés dans les 80 foyers du petit village de Taora o Mere.

Il faut remonter aux années 1920 pour trouver l’origine de l’interdiction de Maiao aux étrangers. Un citoyen britannique du nom d’Eric Lawford Trower s’installe à Maiao pour y ouvrir un commerce. L’homme à la conviction que l’île peut accueillir une activité minière lucrative avec l’exploitation de phosphate. Il instrumentalise alors une activité de vente à crédit en profitant de la fascination des autochtones pour les biens de consommation venus de l’extérieur : tôles, bois de construction, machines à coudre… « Bien évidemment », souligne Carole Atem dans son étude, « comme à Tahiti lors de l’arrivée des Européens, l’alcool fait son apparition sur l’île. Les achats se faisant à crédit, les habitants se retrouvent très rapidement criblés de dettes et, surtout, demeurent dans l’incapacité de s’en acquitter ».
La première victime du stratagème de l’Anglais n’est autre que Nu’u a Tauniua, alors souverain de l’île. Incapable d’honorer une dette de 65775 Fcfp, il se voit signifier par le tribunal de Papeete, sur requête de Trower, la saisie des droits divis et indivis sur les terres qu’il détient. Une partie de ces terres est alors acquise aux enchères par le commerçant de Maiao. Puis, de 1925 à 1935, Trower parvient à s’approprier jusqu’à 80 % des terres de l’île, par le biais d’actes de vente conclus avec les propriétaires en échange de dettes de consommation.

Au milieu des années 1930, appelé au secours par la population de Maiao, le pasteur Octave Moreau (1872-1936) leur conseille de signaler ces malversations au Gouverneur de l’époque. Une enquête est diligentée sur place. Elle confirme les mauvaises manières de l’Anglais. Loin de se limiter aux moyens légaux, ce dernier en vient régulièrement aux menaces avec pistolet, utilise de faux témoignages, pratique le vol de coprah…
Le tribunal de Papeete ordonne, le 3 juillet 1934, la saisie de la totalité des droits de M. Trower sur les terres de Maiao. Mis en vente par adjudication, ces terres sont acquises par l’Association agricole de Maiao avec le soutien des autorités de l’Etat. L’entité regroupe tous les habitants de l’île. Elle fut constituée sur les conseils du pasteur Octave Moreau. Cette association agricole est l’ancêtre de l’actuelle Coopérative agricole de l’île.
Les dettes de l’association agricole auprès des instances de l’Etat seront remboursées au fil des ans, grâce à la vente de la production de coprah et de pandanus de l’île.

Une réglementation drastique

Le règlement en application sur l’île de Maiao a été édicté en 1936 et révisé en mai 1989. Il comporte aujourd’hui 16 points :
– La construction d’une piste d’aviation est interdite sur l’île ;
– Aucune construction d’hôtel n’est autorisée ;
– Une vente immobilière n’est possible qu’aux membres de sa propre famille, aux membres de la coopérative agricole, ou aux habitants de l’île. Le prix au mètre carré est fixé à 10 francs.
– Les habitants de l’île seront respectés de même que leur manière de vivre ;
– Les habitants de l’île doivent respecter les gens qui décident de venir se réinstaller sur la terre de leurs ancêtres ;
– La vente d’alcool est strictement prohibée. Seul le maire est habilité à en autoriser exceptionnellement la vente pour la célébration d’un événement particulier ;
– Tout comportement indécent ou susceptible de heurter la sensibilité des habitants de l’île est interdit. Les autorités de Maiao jugent de ce qui est acceptable ou non.
– Le dimanche sera respecté. Aucun travail ne pourra être effectué au-delà des limites de sa propriété.
– Maiao est de religion protestante. La pratique d’autres religions n’est tolérée sur l’île que dans les limites de son propre domicile ;
– Toute embauche d’employés européens ou asiatiques est interdite sur l’île, en raison des malversations subies par les habitants dans les années 1935 ;
– Les richesses de la mer doivent être respectées et ne doivent pas être utilisées à des fins d’enrichissement personnel.
– La pêche au filet est interdite, sauf sur dérogation du maire. La pêche dans les lagons intérieurs est interdite à toute personne non originaire de l’île sous peine d’amende et de saisie du matériel. A l’extérieur du récif, les techniques de pêche à la bouteille ou à l’explosif sont interdites ;
– Toute activité agricole doit être faite au bénéfice des habitants de l’île ;
– Sur le plan de la moralité, il est strictement interdit de se comporter à Maiao comme le font les étrangers dans leur pays. La tenue vestimentaire doit être décente (pas de vêtements trop courts). Le port du maillot de bain est interdit à l’intérieur de la zone qui s’étend de l’entrée du village à l’est, au lieu-dit « Vairo », jusqu’au lieu-dit « Mautara » à l’ouest. Le non-respect de ces règles étant puni par une amende ;
– Tout visiteur d’origine française, asiatique ou européenne doit s’acquitter de la somme de 2000 Fcfp par adulte et 500 Fcfp par enfant. Les familles et les amis des habitants de l’île bénéficient de la gratuité ;
– Comme nous vivons dans un monde de paix et de respect mutuel, nous nous devons de nous aimer et de nous entendre, pour éviter tout conflit.

 

 

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn