Connect with us

Economie

Pénurie du lait, ça profite à qui?

Publié

le

Le lait se fait de plus en plus rare, depuis juillet dernier. L’Etat a annoncé qu’il va importer 10 millions de litres de lait de France, Belgique et Hongrie, pour pallier à la pénurie d’un produit subventionné.
Le président de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), Abdelmajid Ezzar, a estimé qu’il  » faut des prix dynamiques pour suivre le rythme des coûts de production (fourrages, …) et aider à faire perdurer la filière. Le gouvernement a tardé à augmenter les prix à la production et ce retard a engendré la perte du 1/3 du troupeau. Car, beaucoup d’agriculteurs qui n’ont pas supporté le coût de production, ont décidé de renoncer à l’élevage et à la production du lait ».
D’après lui, le gouvernement n’aurait pas du recourir à l’importation. « La situation ne nécessite pas le recours à l’importation, car le lait existe toujours dans les grandes surfaces. Pourquoi encourager un produit d’importation au lieu de restructurer les prix sur le marché local et encourager la production locale?
D’après les responsables gouvernementaux , les quantités de lait importées seront, bientôt, disponibles. « Le litre sera vendu au même prix comme avant, soit à 1,120 dinars « , indiquant avoir déjà des confirmations à ce sujet.
Pour le directeur du contrôle économique au ministère du Commerce, Houssem Touiti, il y a une autre explication à cette crise du lait. « La spéculation n’est pas l’origine du problème, car il n’y a aucune intention d’augmenter les prix, pour les consommateurs. Il y a, une perturbation dans la distribution du lait et la situation a été aggravée par les inondations survenues, le 22 septembre dernier, à Nabeul. Elles ont touché les circuits du principal producteur et distributeur de lait en Tunisie ».
Selon le président de la chambre nationale des centres de collecte de lait (relevant de l’UTICA), Hamda El Ifi, la Tunisie produit quotidiennement, près de 2 millions de litres pour une consommation variant entre 1,7 million et 1,8 million de litres par jour ». C’est pour dire que la production est loin d’être le problème de la filière laitière et que la bonne gouvernance des maillons de toute la chaîne est remise en question.

TUNIS, 2 octobre 2018

Source TAP

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Tunis Capitale internationale des Smart Cities

Publié

le

La Tunisie sera les 25 et 26 octobre 2018 la capitale internationale des villes intelligentes, «Smart Cities », puisqu’elle abrite la deuxième édition du concours international des projets municipaux à l’hôtel Al Mouradi Gammarth. Ce concours verra la participation de plus de 15 pays de part le monde avec à la clé un enjeu de taille ; décrocher le trophée de meilleur projet municipal intelligent.

Le MEGARA CHALLENGE a pris une envergure internationale; 60 municipalités tunisiennes ont confirmées leur participation ajoutées à celles représentants les pays participants à savoir; la France, l’Allemagne, l’Algérie, le Maroc, la Libye, l’Egypte, la Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud, le Soudan, le Kenya, le Mali, le Burkina Faso, la Palestine, la Jordanie…

Le MEGARA CHALLENGE, initié par l’Association Tunisienne des Conseils et Orientation Géographique Numérique (ATCOGEN), est non seulement un espace concurrentiel pour des projets municipaux mais aussi celui d’échange d’expériences à l’échelle internationale sur les sujets de la propreté, le développement durable de la ville qui dont la responsabilité incombe aux communes mais aussi aux citoyens et à la société civile.

Continuer la lecture

Economie

Exclusif-Des projets touristiques importants à la frontière tuniso-algérienne

Publié

le

Par

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rekik, effectue une visite de travail de deux jours en Algérie à l’occasion de la 4e commission mixte tuniso-algérienne.

La ministre tunisienne du Tourisme a rencontré son homologue algérien, M. Abdelkader Messaoud, afin de lancer de grands projets dans les zones frontalières tuniso-algériennes dans les domaines du tourisme et de l’artisanat.

Dans cette même perspective, le ministre algérien a informé les médias algériens de l’intention de l’Algérie d’investir dans les zones frontalières afin de réduire plusieurs risques.

Il a été convenu, par ailleurs, d’échanger des expériences dans le domaine du tourisme et du marketing touristique.

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn