Connect with us

Economie

Pénurie du lait, ça profite à qui?

Publié

le

Le lait se fait de plus en plus rare, depuis juillet dernier. L’Etat a annoncé qu’il va importer 10 millions de litres de lait de France, Belgique et Hongrie, pour pallier à la pénurie d’un produit subventionné.
Le président de l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP), Abdelmajid Ezzar, a estimé qu’il  » faut des prix dynamiques pour suivre le rythme des coûts de production (fourrages, …) et aider à faire perdurer la filière. Le gouvernement a tardé à augmenter les prix à la production et ce retard a engendré la perte du 1/3 du troupeau. Car, beaucoup d’agriculteurs qui n’ont pas supporté le coût de production, ont décidé de renoncer à l’élevage et à la production du lait ».
D’après lui, le gouvernement n’aurait pas du recourir à l’importation. « La situation ne nécessite pas le recours à l’importation, car le lait existe toujours dans les grandes surfaces. Pourquoi encourager un produit d’importation au lieu de restructurer les prix sur le marché local et encourager la production locale?
D’après les responsables gouvernementaux , les quantités de lait importées seront, bientôt, disponibles. « Le litre sera vendu au même prix comme avant, soit à 1,120 dinars « , indiquant avoir déjà des confirmations à ce sujet.
Pour le directeur du contrôle économique au ministère du Commerce, Houssem Touiti, il y a une autre explication à cette crise du lait. « La spéculation n’est pas l’origine du problème, car il n’y a aucune intention d’augmenter les prix, pour les consommateurs. Il y a, une perturbation dans la distribution du lait et la situation a été aggravée par les inondations survenues, le 22 septembre dernier, à Nabeul. Elles ont touché les circuits du principal producteur et distributeur de lait en Tunisie ».
Selon le président de la chambre nationale des centres de collecte de lait (relevant de l’UTICA), Hamda El Ifi, la Tunisie produit quotidiennement, près de 2 millions de litres pour une consommation variant entre 1,7 million et 1,8 million de litres par jour ». C’est pour dire que la production est loin d’être le problème de la filière laitière et que la bonne gouvernance des maillons de toute la chaîne est remise en question.

TUNIS, 2 octobre 2018

Source TAP

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

La Tunisie et l’Arabie Saoudite signent des accords d’une valeur de 350 millions de dinars

Publié

le

La Tunisie et l’Arabie saoudite ont signé jeudi une série d’accords d’une valeur de 350 millions de dinars pour financer des projets de développement agricole et fournir de l’eau potable dans les zones rurales. Les accords signés concernent le financement de projets de développement agricole et la fourniture d’eau potable dans les zones rurales, y compris un certain nombre de zones prioritaires, dont Jumin, Ghazala en présence du ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale Ziyed Laadhari, le ministre du Commerce, Omar El Behi, ministre des Relations entre le gouvernement, l’Assemblée du peuple et le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, et l’ambassadeur de Tunisie à Riyad Lotfi Ben Kaid.

La signature de ces accords intervient en marge de la visite du Premier ministre Youssef Chahed  en Arabie saoudite jeudi et vendredi, et environ deux semaines après la visite du prince héritier Mohammed bin Salman en Tunisie.

Le Premier ministre a également rencontré le roi saoudien Salman Bin Abdul Aziz Al-Saoud et ont discuté les moyens de renforcer la coopération dans un certain nombre de domaines prioritaires tels que l’économie et la finance, la promotion des investissements, la sécurité et la coopération militaire, ainsi que l’échange d’expériences et de compétences dans les domaines scientifique et culturel.

La réunion a également abordé les préparatifs de la tenue de la 30e session ordinaire du Sommet arabe à Tunis en mars 2019.

Continuer la lecture

Economie

Vingt mois consécutifs de croissance de l’activité globale

Publié

le

Par

Tunisair est en train d’enregistrer un essor notable qui se traduit par les statistiques ci-dessous, et qui reflète la confiance immuable placée en notre compagnie nationale.

En effet, le trafic passagers du mois de novembre 2018 fait état d’un accroissement de 5% et ce, par rapport à la même période de l’année 2017.

Les principaux indicateurs durant le mois de novembre 2018 par rapport au mois de novembre 2017 se présentent comme suit:

-Le trafic toutes activités confondues est passé de 225 439 à 236 732 passagers.

-Le trafic régulier a augmenté de 4.2%, passant de 224 463 à 233 989 passagers.

– Le trafic charter a augmenté de 141.8%, passant de 976 à 2 360 passagers.

– Le coefficient de remplissage est en amélioration, passant de 70.6% en novembre  2017 à 72.3% en novembre 2018 soit une progression de 1.8 points.

Sur le plan des principaux marchés de Tunisair, selon le découpage géographique et en matière de trafic régulier, il convient de signaler ce qui suit :

– Les pays Européens, cumulant une part de trafic passagers de 71.5%, ont enregistré une augmentation de 0.8%.

– Les pays Africains, cumulant une part de trafic passagers de 16.2%, ont enregistré une augmentation de 8.9%.

– Les pays du Moyen Orient, dont la part de trafic passagers est de 11.1%, ont enregistré une augmentation de 18.7%.

– L’Amérique du Nord (Montréal), dont la part de trafic passagers est de 1.2%

a enregistré une progression de 58.6%.

La ponctualité de la flotte TU a atteint 46% en novembre 2018 contre 53% en novembre en 2017.

 

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn