Connect with us

International

Les Palestiniens condamnent l’arrêt du financement par les Etats-Unis de l’UNRWA

Publié

le

La décision des États-Unis de mettre fin à ses décennies de financement pour l’agence américaine qui aide les réfugiés palestiniens et leurs descendants constitue « une atteinte aux droits du peuple palestinien », a déclaré samedi le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

Nabil Abu Rudeneh a déclaré que cette mesure « ne sert pas la paix mais renforce plutôt le terrorisme dans la région ». Il a déclaré que c’était juste le dernier acte hostile de l’administration Trump contre le peuple palestinien, après avoir reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël et y avoir déplacé son ambassade. Il a déclaré que les dirigeants palestiniens envisageaient de faire appel au Conseil de sécurité américain pour faire face à la position américaine.

« Cette décision, qui viole toutes les résolutions de légitimité internationale, oblige les Nations Unies à prendre fermement position contre la décision américaine et à prendre les décisions appropriées », at-il déclaré. « Quelle que soit la taille des complots visant à liquider la cause palestinienne, cela ne fera qu’accroître la fermeté du peuple palestinien et de ses dirigeants ».

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

L’économie mondiale pâtit de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

Publié

le

Par

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis affecte la croissance mondiale, relève le Fonds monétaire international (FMI), qui a revu à la baisse les perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

La guerre commerciale qui fait rage entre les États-Unis et la Chine est une ombre au tableau de l’économie mondiale, a souligné le Fonds monétaire international (FMI), qui a revu à la baisse, mardi 9 octobre, ses perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

Le FMI, qui pointe également du doigt les risques entourant la crise des devises dans certains pays émergents, table désormais sur une croissance du produit intérieur brut mondial (PIB) de 3,7 % pour chacune de ces deux années, en recul de 0,2 point par rapport à sa prévision antérieure.

« La croissance économique mondiale est toujours solide comparée à ce qu’elle était plus tôt au cours de cette décennie, mais elle semble avoir plafonné », a commenté au cours d’une conférence de presse Maurice Obstfeld, le chef économiste du FMI. « La politique commerciale reflète le contexte politique et le contexte politique est incertain dans plusieurs pays, ce qui représente des risques supplémentaires », a-t-il averti au cours d’une conférence de presse à Bali, en Indonésie, où s’ouvrent mardi les réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale.

« Quand les deux plus importantes économies mondiales – les États-Unis et la Chine – s’affrontent », cela « crée une situation dans laquelle tout le monde va souffrir ». Et « la croissance est beaucoup plus inégale » qu’il y a six mois, a relevé l’économiste, qui doit passer la main en décembre.

L’expansion est donc moins synchronisée entre les pays, moins d’économies y participent, tandis que la dette publique et celle des entreprises atteint des nouveaux records, observe le Fonds.

Au printemps, le FMI évoquait déjà ces risques, citant en particulier les taxes douanières que l’administration Trump envisageait alors d’imposer sur les marchandises de ses partenaires, notamment chinois.

Source:France 24

Continuer la lecture

Economie

Tunisie ou Argentine, Christine Lagarde impose sa loi

Publié

le

Par

Argentine : la Banque centrale tente d’enrayer la chute du peso

Le peso argentin va mal et ne cesse de chuter face au dollar et à l’euro. Ce jeudi, la Banque centrale d’Argentine tente de freiner cette baisse. Elle vient de porter de 45 à 60 % son principal taux directeur, alors que le peso perdait 3,6 % à l’ouverture du marché des changes, soit une dépréciation de 12 % depuis le début de la semaine. Depuis début 2018, la monnaie argentine a perdu 45 % de sa valeur face au dollar. L’annonce du gouvernement de Mauricio Macri, mercredi, de solliciter une accélération des versements du FMI visant à stabiliser l’économie, n’a pas contribué à rassurer les marchés.

 Recours au FMI : l’Argentine touche le Fonds ? 

Depuis son arrivée au pouvoir fin 2015, l’administration Macri a réduit de 6 à 3,9 % le déficit budgétaire. En juin, l’Argentine a obtenu un prêt de 50 milliards de dollars au FMI en échange d’un engagement à réduire encore le passif budgétaire, avec un objectif de 1,3 % en 2019. Les coupes budgétaires « sont la seule solution pour remédier à la vulnérabilité de l’économie », a justifié le chef du gouvernement.

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn