Connect with us

Economie

L’économie mondiale pâtit de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

Publié

le

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis affecte la croissance mondiale, relève le Fonds monétaire international (FMI), qui a revu à la baisse les perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

La guerre commerciale qui fait rage entre les États-Unis et la Chine est une ombre au tableau de l’économie mondiale, a souligné le Fonds monétaire international (FMI), qui a revu à la baisse, mardi 9 octobre, ses perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

Le FMI, qui pointe également du doigt les risques entourant la crise des devises dans certains pays émergents, table désormais sur une croissance du produit intérieur brut mondial (PIB) de 3,7 % pour chacune de ces deux années, en recul de 0,2 point par rapport à sa prévision antérieure.

« La croissance économique mondiale est toujours solide comparée à ce qu’elle était plus tôt au cours de cette décennie, mais elle semble avoir plafonné », a commenté au cours d’une conférence de presse Maurice Obstfeld, le chef économiste du FMI. « La politique commerciale reflète le contexte politique et le contexte politique est incertain dans plusieurs pays, ce qui représente des risques supplémentaires », a-t-il averti au cours d’une conférence de presse à Bali, en Indonésie, où s’ouvrent mardi les réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale.

« Quand les deux plus importantes économies mondiales – les États-Unis et la Chine – s’affrontent », cela « crée une situation dans laquelle tout le monde va souffrir ». Et « la croissance est beaucoup plus inégale » qu’il y a six mois, a relevé l’économiste, qui doit passer la main en décembre.

L’expansion est donc moins synchronisée entre les pays, moins d’économies y participent, tandis que la dette publique et celle des entreprises atteint des nouveaux records, observe le Fonds.

Au printemps, le FMI évoquait déjà ces risques, citant en particulier les taxes douanières que l’administration Trump envisageait alors d’imposer sur les marchandises de ses partenaires, notamment chinois.

Source:France 24

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Tunis Capitale internationale des Smart Cities

Publié

le

La Tunisie sera les 25 et 26 octobre 2018 la capitale internationale des villes intelligentes, «Smart Cities », puisqu’elle abrite la deuxième édition du concours international des projets municipaux à l’hôtel Al Mouradi Gammarth. Ce concours verra la participation de plus de 15 pays de part le monde avec à la clé un enjeu de taille ; décrocher le trophée de meilleur projet municipal intelligent.

Le MEGARA CHALLENGE a pris une envergure internationale; 60 municipalités tunisiennes ont confirmées leur participation ajoutées à celles représentants les pays participants à savoir; la France, l’Allemagne, l’Algérie, le Maroc, la Libye, l’Egypte, la Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud, le Soudan, le Kenya, le Mali, le Burkina Faso, la Palestine, la Jordanie…

Le MEGARA CHALLENGE, initié par l’Association Tunisienne des Conseils et Orientation Géographique Numérique (ATCOGEN), est non seulement un espace concurrentiel pour des projets municipaux mais aussi celui d’échange d’expériences à l’échelle internationale sur les sujets de la propreté, le développement durable de la ville qui dont la responsabilité incombe aux communes mais aussi aux citoyens et à la société civile.

Continuer la lecture

Economie

Exclusif-Des projets touristiques importants à la frontière tuniso-algérienne

Publié

le

Par

La ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Salma Elloumi Rekik, effectue une visite de travail de deux jours en Algérie à l’occasion de la 4e commission mixte tuniso-algérienne.

La ministre tunisienne du Tourisme a rencontré son homologue algérien, M. Abdelkader Messaoud, afin de lancer de grands projets dans les zones frontalières tuniso-algériennes dans les domaines du tourisme et de l’artisanat.

Dans cette même perspective, le ministre algérien a informé les médias algériens de l’intention de l’Algérie d’investir dans les zones frontalières afin de réduire plusieurs risques.

Il a été convenu, par ailleurs, d’échanger des expériences dans le domaine du tourisme et du marketing touristique.

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn