Connect with us

Economie

L’économie mondiale pâtit de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine

Publié

le

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis affecte la croissance mondiale, relève le Fonds monétaire international (FMI), qui a revu à la baisse les perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

La guerre commerciale qui fait rage entre les États-Unis et la Chine est une ombre au tableau de l’économie mondiale, a souligné le Fonds monétaire international (FMI), qui a revu à la baisse, mardi 9 octobre, ses perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

Le FMI, qui pointe également du doigt les risques entourant la crise des devises dans certains pays émergents, table désormais sur une croissance du produit intérieur brut mondial (PIB) de 3,7 % pour chacune de ces deux années, en recul de 0,2 point par rapport à sa prévision antérieure.

« La croissance économique mondiale est toujours solide comparée à ce qu’elle était plus tôt au cours de cette décennie, mais elle semble avoir plafonné », a commenté au cours d’une conférence de presse Maurice Obstfeld, le chef économiste du FMI. « La politique commerciale reflète le contexte politique et le contexte politique est incertain dans plusieurs pays, ce qui représente des risques supplémentaires », a-t-il averti au cours d’une conférence de presse à Bali, en Indonésie, où s’ouvrent mardi les réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale.

« Quand les deux plus importantes économies mondiales – les États-Unis et la Chine – s’affrontent », cela « crée une situation dans laquelle tout le monde va souffrir ». Et « la croissance est beaucoup plus inégale » qu’il y a six mois, a relevé l’économiste, qui doit passer la main en décembre.

L’expansion est donc moins synchronisée entre les pays, moins d’économies y participent, tandis que la dette publique et celle des entreprises atteint des nouveaux records, observe le Fonds.

Au printemps, le FMI évoquait déjà ces risques, citant en particulier les taxes douanières que l’administration Trump envisageait alors d’imposer sur les marchandises de ses partenaires, notamment chinois.

Source:France 24

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

La Tunisie et l’Arabie Saoudite signent des accords d’une valeur de 350 millions de dinars

Publié

le

La Tunisie et l’Arabie saoudite ont signé jeudi une série d’accords d’une valeur de 350 millions de dinars pour financer des projets de développement agricole et fournir de l’eau potable dans les zones rurales. Les accords signés concernent le financement de projets de développement agricole et la fourniture d’eau potable dans les zones rurales, y compris un certain nombre de zones prioritaires, dont Jumin, Ghazala en présence du ministre tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale Ziyed Laadhari, le ministre du Commerce, Omar El Behi, ministre des Relations entre le gouvernement, l’Assemblée du peuple et le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, et l’ambassadeur de Tunisie à Riyad Lotfi Ben Kaid.

La signature de ces accords intervient en marge de la visite du Premier ministre Youssef Chahed  en Arabie saoudite jeudi et vendredi, et environ deux semaines après la visite du prince héritier Mohammed bin Salman en Tunisie.

Le Premier ministre a également rencontré le roi saoudien Salman Bin Abdul Aziz Al-Saoud et ont discuté les moyens de renforcer la coopération dans un certain nombre de domaines prioritaires tels que l’économie et la finance, la promotion des investissements, la sécurité et la coopération militaire, ainsi que l’échange d’expériences et de compétences dans les domaines scientifique et culturel.

La réunion a également abordé les préparatifs de la tenue de la 30e session ordinaire du Sommet arabe à Tunis en mars 2019.

Continuer la lecture

Economie

Vingt mois consécutifs de croissance de l’activité globale

Publié

le

Par

Tunisair est en train d’enregistrer un essor notable qui se traduit par les statistiques ci-dessous, et qui reflète la confiance immuable placée en notre compagnie nationale.

En effet, le trafic passagers du mois de novembre 2018 fait état d’un accroissement de 5% et ce, par rapport à la même période de l’année 2017.

Les principaux indicateurs durant le mois de novembre 2018 par rapport au mois de novembre 2017 se présentent comme suit:

-Le trafic toutes activités confondues est passé de 225 439 à 236 732 passagers.

-Le trafic régulier a augmenté de 4.2%, passant de 224 463 à 233 989 passagers.

– Le trafic charter a augmenté de 141.8%, passant de 976 à 2 360 passagers.

– Le coefficient de remplissage est en amélioration, passant de 70.6% en novembre  2017 à 72.3% en novembre 2018 soit une progression de 1.8 points.

Sur le plan des principaux marchés de Tunisair, selon le découpage géographique et en matière de trafic régulier, il convient de signaler ce qui suit :

– Les pays Européens, cumulant une part de trafic passagers de 71.5%, ont enregistré une augmentation de 0.8%.

– Les pays Africains, cumulant une part de trafic passagers de 16.2%, ont enregistré une augmentation de 8.9%.

– Les pays du Moyen Orient, dont la part de trafic passagers est de 11.1%, ont enregistré une augmentation de 18.7%.

– L’Amérique du Nord (Montréal), dont la part de trafic passagers est de 1.2%

a enregistré une progression de 58.6%.

La ponctualité de la flotte TU a atteint 46% en novembre 2018 contre 53% en novembre en 2017.

 

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn