Connect with us

Ecologie

Lancement d’un projet de protection des zones humides et de leur biodiversité dans 7 pays de la Méditerranée

Publié

le

La réunion de lancement du projet de protection des zones humides se tiendra à l’Hôtel Belvédère à Tunis, mercredi 10 octobre à 9h, en présence de M. Salem Triki, Directeur général des Forêts, de M. Gilles Chausse, Directeur de l’AFD à Tunis, et de M. Jean Jalbert, Directeur de la Fondation Tour du Valat.

 

Les zones humides du sud et de l’est du bassin méditerranéen continuent à disparaître, à se dégrader à un rythme alarmant. Cette tendance entraîne un déclin de la biodiversité de ces zones humides et des nombreux services qu’elles procurent aux communautés locales. Parmi cette biodiversité, les oiseaux d’eau migrateurs (canards, oies, hérons, mouettes, sternes…) sont une composante importante des zones humides méditerranéennes.

Pour répondre à ce défi, la Fondation Tour du Valat a conçu, en collaboration avec de nombreuses ONG et institutions méditerranéennes, un projet de protection des zones humides dans sept pays du sud et de l’est de la Méditerranée (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Turquie, Liban et Jordanie). Le projet va renforcer les compétences et les moyens techniques, organisationnels et managériaux de 10 associations dans les pays concernés qui, à leur tour, vont renforcer les capacités de 20 associations supplémentaires, actives dans les zones humides et le développement durable.

Le financement de ce projet est assuré pour moitié par l’Agence Française de Développement.

De façon concrète, le projet va  permettre l’élaboration et la mise en œuvre de 6 micro-projets mis en œuvre par les organisations de la société civile dans des zones humides à forte valeur patrimoniale de biodiversité et de culture, la mise en œuvre, à partir d’une méthodologie précise, d’un système d’« alerte rouge » visant à proposer, via l’Alliance des zones humides méditerranéennes, des appuis et des solutions pour les zones humides fortement menacées et le développement et la mise en place du réseau de comptage d’oiseaux d’eau comme indicateur standardisé de l’état écologique des zones humides.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecologie

La France retire 14 réacteurs nucléaires

Publié

le

Dans un discours prononcé cette semaine, le président français Emmanuel Macron a évoqué les futurs projets du pays dans le domaine de l’énergie nucléaire, affirmant que la France retirerait 14 réacteurs nucléaires, mais avec un calendrier plus lent que prévu auparavant.

La France est un acteur majeur de l’industrie nucléaire: en 2012, environ 75% de son électricité provenait de réacteurs nucléaires. Cependant, depuis la catastrophe de Fukushima la même année, le pays a poussé de manière à retirer certains de ses réacteurs les plus anciens (bien que pas aussi agressivement que l’Allemagne). Selon le magazine Power, la Chambre basse du Parlement français a adopté en 2014 un projet de loi qui plafonnerait l’énergie nucléaire à 50% du bouquet énergétique du pays d’ici 2025. Depuis lors, le plafond a été supprimé et rétabli par les organes législatifs. La dépendance à 50% de la combinaison énergétique du pays semblait être certaine, le calendrier pour le faire était loin d’être certain.

Mardi, le président Macron a déclaré que le plafonnement de l’énergie nucléaire serait atteint en mettant hors ligne 14 réacteurs plus anciens d’ici 2035, un objectif plus lointain que l’objectif précédent pour 2025.

Macron a également laissé ouverte la possibilité que de nouveaux réacteurs soient approuvés. « Le nucléaire nous permet maintenant de tirer profit d’une énergie à faible émission de carbone et à faible émission de carbone. C’est une réalité et c’est pourquoi nous allons commencer à travailler sur une nouvelle réglementation du parc nucléaire existant », a déclaré le président.

Continuer la lecture

Ecologie

La terre s’achemine vers une ère de catastrophes naturelles en série à la fin du siècle

Publié

le

Par

Inondations, pluies diluviennes et montée des eaux : une nouvelle étude met l’accent sur un nouvel aspect des catastrophes climatiques qui ne vont pas seulement augmenter dans dans l’avenir, mais qu’elles risquent de frapper ensemble au même endroit.

Intense sécheresse et fortes chaleurs, La Californie brûle! Ces événements climatiques simultanés et extrêmes qui frappent l’État américain représente un phénomène inhabituel. Mais au rythme actuel du réchauffement climatique, ces événements destructeurs concomitants sont appelés à se multiplier et à toucher un nombre en augmentation continue de personne, d’après une étude de la revue Nature Climate Change, du lundi 19 novembre.

Une équipe de scientifiques prévoit que la moitié de la population mondiale risquait de subir entre trois et six catastrophes climatiques majeures en même temps en 2100, si rien n’est fait pour ralentir les émissions de gaz à effet de serre.

 

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn