Connect with us

Nationale

 Bac 2018: De nouvelles mesures pour lutter contre la fraude

Publié

le

Dans une déclaration accordée au journal « Al Chourouk », Omar Ouelbani, directeur général des épreuves au ministère de l’Education , a affirmé ce vendredi 11 mai 2018, que le ministère a pris toutes les dispositions pour contrer toute tentative de fraude durant le concours national du Baccalauréat.

Il a été décidé, à titre d’exemple, d’interdire l’accès des appareils électroniques dans les salles des examens à l’exception des calculatrices.

Toute infraction à ce règlement est considérée comme tentative de fraude, qui privera le candidat de s’inscrire au bac durant près de 5 ans.

Il précise aussi que des brouilleurs de signal seront mis dans différents lycées lors des examens pour réduire les tentatives de triches.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Signature de l’accord sur l’augmentation salariale dans le secteur privé

Publié

le

Par

L’augmentation salariale dans le secteur privé au titre de 2018-2019 serait de 6.5%, selon un accord entre l’UTICA et l’UGTT.
Un accord traduisant cette augmentation des salaires dans le secteur privé sera signé dans la journée, en la présence du Chef du gouvernement Youssef Chahed.

Continuer la lecture

Economie

Inflation et hausse du taux d’intérêt-le retour de la production et la rationalisation des importations sont l’unique issue pour sortir de la crise

Publié

le

Par

Le taux d’inflation depuis le début de cette année a atteint le niveau record au cours du mois de Juin 2018 (7,8 pour cent), en dépit des mesures prises par la Banque Centrale de Tunisie pour freiner cette tendance à la hausse.Selon l’Institut national de la statistique, les 7,8% enregistrés en juin étaient les plus élevés depuis 1990.

Le taux d’inflation de l’ordre de 6,9 ​​pour cent au mois de Janvier 2018 est passé à 7,1 pour cent au mois de Février, et 7,6 pour cent en Mars, et  7,7 pour cent pour les mois d’Avril et Mai, pour se hisser à nouveau au mois de Juin et atteindre 7,8 pour cent.

Pour réduire cette hausse continue, la banque centrale avait augmenté, deux fois de suite,le principal taux d’intérêt; le premier en Mars 2018, avec 75 points pour déplacer le rapport de 5 pour cent à 5,75 pour cent, et le deuxième, en mai dernier, en l’élevant par 100 points de base pour atteindre 6,75%.

Selon une prévision précédente du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, le taux d’inflation serait d’environ 8% sur l’ensemble de l’année 2018.

Bien que l’inflation soit tombée à 7,5% en juillet et en octobre, cette baisse devrait être limitée, en particulier avec la hausse des prix du carburant et de certains produits de base.La hausse des prix du carburant, la quatrième hausse depuis le début de l’année, se situe dans le cadre du mécanisme d’ajustement périodique des prix du carburant (tous les trois mois) engagés par la Tunisie dans la mise en œuvre de son accord avec le Fonds Monétaire International.

Seulement, les craintes persistent, que les mesures prises par la banque centrale pour lutter contre les craintes d’inflation, ne conduisent à une baisse des investissements et à des répercussions négatives sur l’institution tunisienne, sur la compétitivité et sur le pouvoir d’achat des citoyens.

Aux antipodes de cette perception sceptique, existe une conviction antagoniste que la banque centrale est en phase de se déplacer dans la bonne direction, et que la procédure de rehaussement du taux d’intérêt est la procédure correcte dans cette conjoncture vécue par l’économie tunisienne ; en particulier si cette procédure est accompagnée d’un retour de la production et de la productivité.

Cette hausse de l’inflation, accompagnée d’une détérioration continue de la valeur du dinar tunisien par rapport au dollar américain et à l’euro européen, a atteint des niveaux record au cours des derniers jours.

1 euro équivaut à 3 2250 dinars et 1 dollar américain à 2,77747 dinars le 10 septembre.

La baisse de la valeur du dinar est l’une des principales raisons qui ont conduit à une inflation record, la plupart des matériaux de base étant fournis en devises.

La dévaluation du dinar a un impact sur la balance commerciale, qui a augmenté de 20% au cours des huit premiers mois de 2018 par rapport aux huit premiers mois de 2017.

Le déficit de la balance commerciale en août a atteint 12160,5 millions de dinars contre 10068,5 millions de dinars au cours de la même période en 2017; alors que les prix des matières exportées aux prix continentaux ont augmenté de 16,3% et les prix des matériaux fournis de 18,4%.

Cette baisse de la valeur du dinar tunisien était accompagnée d’une baisse importante des réserves en devises. La réserve a atteint le 12 Septembre, la valeur actuelle de 10796 millions de dinars, ce qui équivaut à 69 jours d’approvisionnement uniquement.

Malgré toutes les mesures prises par la Banque centrale pour limiter l’offre de nombreux articles non essentiels (quelque 220 articles ont été bloqués), les réserves continuent de baisser jour après jour.

Continuer la lecture

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn