Connect with us

International

Barça-Real 5-1, le Barça fait basculer le Real Madrid dans la crise

Publié

le

Malgré l’absence de Lionel Messi, le FC Barcelone a survolé le Clasico face à un Real Madrid totalement absent, voire carrément inexistant. Nanti d’un Jordi Alba à la fois maître de son sujet et des velléités offensives de Gareth Bale qu’il a nulifiées, le Barça s’offre un nouveau chapitre glorieux dans le grand livre des rivalités qui l’oppose au club de la capitale espagnole.

Barcelone ouvre le bal dès la dixième minute avec un scénario au déroulement parfait avec un script respecté à la lettre, sauf par les défenseurs merengue. Jordi Alba s’échappe dans le dos d’un Nacho inexistant et d’un Bale fantomatique et sert Coutinho en retrait pour la 30e passe du Barça sur cette action et accessoirement, l’ouverture du score du Brésilien. Le Real a du mal à entrer dans le match et à sortir de sa moitié de terrain avec des relances longues pour un Benzema esseulé en pointe, ou un jeu en triangle forcé 40 mètres de ses propres buts avec des pertes de balle de plus en plus dangereuses.

Dominés au milieu, fébriles en défense et sans solution devant, les Madrilènes encaisseront un deuxième but sur penalty quand Suarez s’écroule dans le rectangle merengue suite à un tacle de Varane à la demi-heure de jeu. Après l’intervention de la VAR, Suarez se charge d’exécuter la sentence pour donner plus d’ampleur à la domination des locaux. 2-0, le score à la pause. Et c’est largement mérité.

C’est un Real totalement transfiguré qui retourne sur le pré du Nou camp en seconde période. Le club merengue lance une offensive sur le flanc droit, où Vazquez lance Isco dans la surface, qui parvient à centrer fort en bout de course et Marcelo déboule et marque en force du pied droit après un contrôle de la poitrine qui élimine Piqué. 2-1. Le match du Real commence à la 50e minute. Mais une grande désillusion attend les Merengue.

Pourtant, le Real s’applique en attaque et Modric touche le poteau sur une belle frappe rasante et tendue depuis l’entrée de la surface. Le Barça rétorque quelques instants plus tard, quand Suarez reprend d’une aile de pigeon qui heurte le poteau de courtois une remise de Sergi. Les débats soint beaucoup plus équilibrés depuis le début du second acte. Mais le tournant du match approche.

Karim Benzema manquera une grosse opportunité sur un centre de Vazquez aux six mètres qu’il reprendra juste au dessus des buts de Ter Segen. Luis Suarez, lui, ne ratera pas la sienne. Ousmane Dembélé, qui vient d’entrer en jeu, décale Sergi Roberto qui d’un petit centre précis, trouve la tête d’El Pistolero qui plie la rencontre sous les yeux d’un Messi ravi en tribunes. D’autant que Suarez profitera d’une perte de balle de Ramos suivie d’un autre service de Sergi pour réussir un petit ballon piqué sur Courtois venu à sa rencontre pour s’offrir un mémorable triplé. Dembélé n’en a pas fini avec la défense du Real cependant, lui qui se faufile dans la surface adverse et centre au second poteau pour Vidal qui marque d’une tête piquée.

Le Français, arrivé en retard face à l’Inter, a débarqué à point nommé pour permettre à ses coéquipiers d’alourdir le score et de faire d’une victoire probante une véritable correction. Sachant que l’aile de pigeon de Suarez, butant sur Courtois, aurait pu connaître meilleur sort (89e). Idem pour cette ultime opportunité de Benzema, qui manque l’immanquable en toute fin de rencontre à six mètres des buts de Ter Stegen.

5-1, le score final. Le Real Madrid s’incline donc et pour Julen Lopetegui, c’est sans doute la défaite de trop. Le Clasico a redistribué les cartes, le Barça est tout en haut et le Real est désormais érythème du ventre mou dans les profondeurs de la Liga avec la crise sur le gâteau. Son entraîneur va devoir en prendre la responsabilité, malgré un début de seconde période intéressant. Mais dans un Clasico, on ne commence pas à jouer à la 50e minute.

Source: Goal

International

Foot européen : Dortmund et City sur un nuage, première défaite pour la Barça

Publié

le

Par

Tandis que le PSG continue de survoler la Ligue 1, les leaders s’écharpent sur les pelouses européennes. Manchester City, vainqueur du derby face à United, a pris la tête de la Premier League. Dortmund, leader en Allemagne, s’est offert le Bayern.

 Ligue 1 :

Treize journées, treize victoires et désormais autant de points d’avance pour le PSG, qui est allé chercher un nouveau succès, dimanche 11 novembre, en clôture de la 13e journée de Ligue 1. Seul au monde, le club francilien a étrillé l’AS Monaco (0-4) grâce, notamment, à un triplé de Cavani.

Loin derrière les Parisiens, le LOSC a repris la deuxième place du classement en glanant un point face à Strasbourg (0-0), tandis que Montpellier a fait chou blanc sur la pelouse d’Angers (1-0). Un sur-place qui profite à Lyon, Saint-Étienne et l’OM, qui se rapprochent du podium, après leurs succès respectifs sur Guingamp (2-4), Reims (2-0) et Dijon (2-0).

La Liga :

Week-end compliqué pour le FC Barcelone, battu en championnat au Camp Nou pour la première fois depuis septembre 2016. Son bourreau ? Le Bétis Séville, qui s’est offert un retentissant succès, et avec la manière (3-4). Les Catalans conservent tout de même une très légère avance en tête de la Liga, même si le FC Séville revient à un petit point, à la faveur de son succès sur l’Espanyol Barcelone, dauphin déchu (2-1). Les Andalous partagent cette deuxième place avec l’Atletico de Madrid, victorieux de Bilbao (3-2), et Alavés, qui a fait le job face à la lanterne rouge Huesca (2-1).

Dans le sillage de ce quintet, le Real Madrid s’est lui aussi relancé en enchaînant une deuxième victoire de rang. Les Merengue, qui ont battu le Celta à Vigo (2-4), ne sont plus qu’à quatre longueurs de la tête. À noter également le succès de Valence à Getafe, qui permet au club ché de remonter à la 15e place.

Premier League:

Le derby de Manchester n’a pas souri aux hommes de José Mourinho, miraculés en milieu de semaine face à la Juventus Turin en Ligue des champions. Face à City, United a logiquement plié, offrant à son rival local la possibilité de prendre seul la tête de la Premier League (3-1). Les Red Devils, huitièmes, sont à douze points de la tête du classement.

Derrière City, Liverpool a repris la deuxième place en assurant les trois points face à Fulham (2-0), et profitant surtout du match nul de Chelsea face à Everton (0-0). Un coup de mou passager, un peu plus en tout cas que du côté d’Arsenal, qui a enchaîné un troisième résultat nul de rang. Accrochés par Wolverhamption (1-1), les Gunners ont manqué l’opportunité de se rapprocher du podium.

Bundesliga:

Intenable depuis le début de la saison, le Borussia Dortmund est allé chercher un huitième succès en onze rencontres de Bundesliga (3-2). Une victoire d’autant plus cruciale qu’elle a repoussé sa victime du week-end, le Bayern Munich, à sept points. Des Bavarois qui reculent ainsi au cinquième rang du classement.

Dortmund, lui, conserve donc une avance de quatre points en tête, puisque le Borussia M’Gladbach a consolidé sa place de dauphin sur la pelouse du Werder Brême (1-3). Le RB Leipzig, solide vainqueur du Bayer Leverkusen (3-0), complète le podium.

Serie A:

Frustrée par Manchester United en milieu de semaine en Ligue des champions, la Juventus Turin n’a pas tardé à rebondir. La Vieille Dame n’a fait qu’une bouchée de l’AC Milan (2-0) et continue sa course en tête, six longueurs devant un Napoli lui aussi victorieux au Genoa (1-2).

La mauvaise affaire du week-end est milanaise, puisque l’Inter a laissé filer la deuxième place après avoir goûté à la défaite pour la troisième fois cette saison. Un faux pas que les hommes de Luciano Spalletti ont connu sur la pelouse d’une Atalanta Bergame déchaînée, qui s’est très largement imposée (4-1).

Source:France 24

 

 

Continuer la lecture

International

L’Espérance de Tunis remporte la ligue des champions d’Afrique

Publié

le

Par

La finale retour de la Ligue des champions d’Afrique entre les Égyptiens d’Al Ahly et l’Espérance de Tunis s’est soldée par la victoire sans appel des sang et or vendredi à Tunis.

Après un match aller remporté par les Égyptiens d’Al-Ahly 3-1 mais dominé par les polémiques, les Sang et Or savaient qu’ils n’avaient pas le choix : il fallait gagner face aux égyptiens… Saad Bguir (45e+2, 54e) et Anice Badri (87e) ont été les héros d’un incroyable renversement de situation face aux Égyptiens de Patrice Carteron, déjà titrés à huit reprises dans la compétition.

L’Espérance avait déjà remporté la Ligue des Champions d’Afrique en 1994 et 2011. Mais avec huit C1, Al-Ahly reste détenteur du record de victoires dans la compétition… même si la dernière remonte déjà à 2013.

 

 

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn