Connect with us

International

Vers une alliance Chine-Afrique ?

Publié

le

 Les dirigeants africains viennent d’être reçus comme des princes à Pékin, qui a tenu à bien souligner sa différence d’approche par rapport aux Occidentaux; à commencer par le président américain, qui les avait choqués, en janvier, en parlant des Etats africains comme de « pays de merde ».
Pour accueillir les cinquante-trois chefs d’Etat et de gouvernement au septième forum triennal Chine-Afrique, lundi 3 et mardi 4 septembre, les Chinois ont mis le paquet. Les photos officielles exhibent des dirigeants africains et leurs épouses, tout sourire, applaudir et remercier les dizaines de danseuses qui, en costume traditionnel, leur font une haie d’honneur. Ils se rendaient au banquet organisé dans le Grand Palais du peuple, un dîner de gala auquel participaient le président Xi Jinping, mais aussi son épouse, et qu’agrémentait un spectacle donné par des artistes chinois et africains.

Les Africains avaient une autre raison d’être aux anges. Quelques heures auparavant, Xi Jinping avait tenu un discours aussi agréable à leurs oreilles que désagréable à celles des Occidentaux:
« Nous poursuivons toujours la pratique des “cinq non” dans nos relations avec l’Afrique, a dit le président chinois, à savoir : ne pas s’ingérer dans la recherche par les pays africains d’une voie de développement adaptée à leurs conditions nationales, ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures africaines, ne pas imposer notre volonté à l’Afrique, ne pas assortir nos aides à l’Afrique de conditions politiques quelconques, et ne pas poursuivre des intérêts politiques égoïstes dans notre coopération en matière d’investissement et de financement avec l’Afrique. Nous espérons que les autres pays pourront aussi se conformer à ce principe des “cinq non” dans le traitement des affaires liées à l’Afrique. ».

International

Melania Trump: ‘Je suis la personne la plus intimidée au monde

Publié

le

La première dame des États-Unis, Melania Trump, a déclaré qu’elle avait lancé sa campagne de lutte contre la cyberintimidation parce qu’elle était « la personne la plus victime d’intimidation au monde ».

Dans une interview avec ABC News, elle a également déclaré ne pas faire confiance à certaines personnes ayant travaillé dans l’aile ouest.

Et elle a dit que les femmes qui allèguent des abus sexuels doivent produire « des preuves tangibles ». L’interview a été enregistrée lors de son voyage la semaine dernière dans quatre pays africains. Elle a dit qu’elle ne faisait pas confiance à certaines personnes qui travaillaient dans l’aile ouest et qu’elle avait donné à M. Trump son « conseil honnête » à leur sujet. Mme Trump a entrepris son premier voyage en solo à l’étranger en tant que première dame des États-Unis, la semaine dernière, au Ghana, au Malawi, au Kenya et en Égypte.

 

Continuer la lecture

International

Démission de Nikki Haley l’ambassadrice américaine aux Nations Unies

Publié

le

Le président des États-Unis, Donald Trump, a accepté la démission de l’ambassadeur de l’ONU, Nikki Haley. Il a déclaré aux journalistes du bureau ovale qu’elle quitterait son poste à la fin de l’année après avoir accompli « un travail incroyable ». Rejoint par l’ancien gouverneur de la Caroline du Sud dans le bureau ovale, il l’invita à revenir dans un rôle différent. « Vous pouvez faire votre choix, » dit-il.

Mme Haley a été confirmée en tant qu’émissaire américain auprès de l’ONU en janvier 2017. Trump a déclaré que Mme Haley lui avait dit il y a six mois qu’elle voulait s’absenter. Sa sortie intervient après qu’elle ait été présidente par intérim du Conseil de sécurité des Nations Unies pendant un mois.

La biographie Twitter de Mme Haley a déjà supprimé toutes les références à son rôle d’ambassadrice auprès de l’ONU.

En avril, elle s’est heurtée à la Maison-Blanche lorsqu’un conseiller de Trump a suggéré qu’elle avait prématurément annoncé une nouvelle série de sanctions contre la Russie.

Continuer la lecture

Facebook

Facebook

Politique

2018 © avant-premiere.com.tn